La Libye annonce la fin de ses opérations militaires

Publié le par MOUKILI LE LION

1609799

Alors qu'une intervention internationale se prépare sous l'égide de l'ONU, la Libye a annoncé vendredi qu'elle mettait fin à toutes ses opérations militaires.

Mouammar Kadhafi va-t-il plier devant les menaces d'intervention de la communauté internationale ? Au lendemain du vote à l'ONU d'une résolution en faveur d'une utilisation de la force, le ministre des Affaires étrangères libyen a annoncé vendredi que son pays mettait fin à toutes les opérations militaires.

La Libye «a décidé d'observer immédiatement un cessez-le-feu et de mettre fin à toutes les opérations militaires», a déclaré Moussa Koussa lors d'une conférence de presse. Il a affirmé que son pays, étant membre à part entière des Nations unies, était «contraint d'accepter la résolution du Conseil de sécurité».

La France, qui se préparait depuis jeudi soir à une intervention militaire coordonnée en Libye avec d'autres pays, a accueilli l'annonce avec prudence. Mouammar Kadhafi «commence à avoir peur mais sur le terrain, la menace n'a pas changé», a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

 

Misrata bombardée vendredi matin

Après une nuit de tirs à l'arme lourde, les bombardements avaient pourtant repris vendredi matin à Misrata, située à 200 km à l'est de Tripoli et contrôlée par la rébellion. «Des dizaines de bombes de toutes sortes s'abattent sur la ville depuis hier soir», a témoigné un porte-parole rebelle. Tripoli aurait par ailleurs fermé son espace aérien selon Eurocontrol, l'agence qui gère le trafic aérien en Europe. Une information démentie par les autorités libyennes.

carte-lybie.jpg

Des combats ont également eu lieu jeudi soir et vendredi matin à Nalout et Zenten, deux villes de l'ouest libyen sous contrôle de l'opposition, entre des forces loyales à Kadhafi et les insurgés, selon des habitants. À Zenten, les affrontements ont fait des victimes des deux côtés, selon un riverain. À Nalout, la situation est revenue au calme vendredi après une attaque réussie des insurgés contre une position des loyalistes la veille. Les anti-Kadhafi auraient saisi des armes et des munitions sur places, et fait prisonniers plusieurs militaires, selon un rebelle.

Plus à l'est, Benghazi craint de subir le même sort que Misrata. Selon la chaîne al-Jezira qui rapportait vendredi matin des propos du fils de Mouammar Kadhafi Seif al-Islam, l'armée libyenne avait prévu de se déployer autour de ce bastion des insurgés, sans y pénétrer, et des unités antiterroristes devaient y être envoyées pour désarmer les insurgés. Les forces gouvernementales devaient en outre aider les habitants à quitter la ville, a ajouté Seif al-Islam selon la chaîne qatarie.

Publié dans POLITIQUES

Commenter cet article

tuo tutio 18/03/2011 15:20



Simple diversion!!- je suis persuadé savent à ki ils ont affaire.