L`ONU parle de crime contre à l`humanité à Abidjan

Publié le par MOUKILI LE LION

Choi yunjin (Large)L'attaque à l'arme lourde causant 25 à 30 morts à Abidjan jeudi par 'les forces armées du camp' du président sortant ivoirien, Laurent Gbagbo, pourrait constituer un 'crime contre l'humanité', a déclaré Rupert Colville, porte-parole du Haut Commissariat, lors d'un point presse. Il a souligné qu''il est difficile' de ne pas arriver à la 'conclusion qu'il s'agit de crimes (...) possiblement d'un crime contre l'humanité'. De 25 à 30 civils ont été tués jeudi, selon l'ONU, au cours de cette attaque. Ce massacre intervient alors que la communauté internationale s'inquiète de plus en plus des répercussions sur les civils d'une crise qui avant cette attaque avait fait, selon l'ONU, plus de 410 morts depuis mi-décembre et menace de plonger le pays dans la guerre civile.

Selon la mission de l'ONU en Côte d'Ivoire (Onuci), 'les forces armées du camp du président Laurent Gbagbo ont tiré au moins six projectiles sur le marché et ses environs, causant la mort de 25 à 30 personnes et faisant entre 40 et 60 blessés', a déclaré porte-parole de l'Onuci. 'L'Onuci exprime son indignation devant de telles atrocités contre des civils innocents. Les auteurs de ces exactions (...) ne sauraient rester impunis', a-t-il ajouté. Avant cet incident, des fusillades et d'autres explosions avaient déjà retenti dans la matinée et durant la nuit dans plusieurs quartiers d'Abidjan, théâtre de violences post-électorales dont le bilan pour l'ensemble de la Côte d'Ivoire a été porté à 410 morts par les Nations unies.

Des témoins avaient fait état dans un premier temps de 12 tués à Abobo. Un obus a explosé sur le marché Siaka Koné, ont déclaré deux habitants. 'Je me suis rendu sur le marché où la roquette a atterri. Il y avait douze cadavres et de nombreux blessés', a déclaré un habitant. D'après des témoins, l'obus a été tiré par des partisans du président sortant Laurent Gbagbo.

Publié dans CÔTE D'IVOIRE

Commenter cet article