Egypte : Hillary Clinton bien et mal reçue sur la place Tahrir

Publié le par ivoireinfos

 

Egypte : Hillary Clinton bien et mal reçue sur la place Tahrir

La secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, s'est rendue mercredi matin sur la place Tahrir au Caire, symbole de la révolution égyptienne. Si elle a bien été reçue par certains, d'autres lui ont un peu près tenu le même discours qu'à Hosni Moubarak quelques semaines plus tôt, à savoir « Clinton dégage ».hillary-clinton.jpg

Sur la place Tahrir au Caire, des milliers de passants se sont rassemblés pour saluer la chef de la diplomatie américaine et lui souhaiter la bienvenue. « Voir l'endroit où la révolution, qui a eu tant de signification pour le monde, a eu lieur est quelque chose d'extraordinaire pour moi », leur a-t-elle déclaré. En visite depuis mardi au Caire pour la première fois depuis le début des révolutions arabes, Mme Clinton avait appelé l'Egypte à poursuivre ses efforts de démocratisation, promettant une aide économique américaine. Les mouvements de contestation à l'ancien régime d'Hosni Moubarak avaient pris fin le 11 février dernier, et les rassemblements sur la place Tahrir avaient fait au moins 384 morts et 6.000 blessés.

« C'est bon de vous voir », a-t-elle répondu à cet accueil chaleureux de certains. Mais d'autres avaient clairement une toute autre attention pour saluer son arrivée : une manifestation pour dénoncer le fait que « les Etats-Unis n‘élèvent pas la voix pour défendre les Libyens ». « Ils laissent Kadhafi tuer son peuple. Et maintenant qu’ils ne parlent plus du Bahreïn. Ils veulent nous voler la révolution. Les Américains ne font jamais de cadeau aux peuples », a expliqué à Euronews un des 300 manifestants réunis. Mercredi soir tard, l'ONU se serait mis d'accord pour une opération de résolution en Libye, dont le texte doit être voté dans la journée de jeudi.

Seuls les Frères musulmans appellent à voter « oui »

Mercredi, la chef de la diplomatie américaine doit s'entretenir avec le maréchal Hussein Tantaoui, chef du Conseil suprême des forces armées au pouvoir, et le Premier ministre Essam Charaf, alors que les Egyptiens sont appelés aux urnes samedi pour un référendum pour réformer la Constitution. Ceci doit ouvrir la voie à des élections et au retour d'un pouvoir civil dans le pays.

Mais seule la puissante confrérie islamiste des Frères musulmans, le plus organisé des mouvements d'opposition, a appelé à voter « oui », les autres formations jugeant les amendements constitutionnels insuffisants.

Par Actu France Soir

Publié dans POLITIQUES

Commenter cet article